COVID-19 & SENIOR HOUSING : Comment le secteur fait-il face à la plus forte baisse d’occupation jamais enregistrée ?

Le dernier rapport vient de tomber, les logements pour personnes âgées connaissent la plus forte baisse d’occupation jamais enregistrée, selon les données publiées le 15 octobre par le National Investment Center for Seniors Housing & Care (NIC).
Comment le secteur fait-il face à cette baisse d’occupation ? Quels autres défis doit-il relever ? Et quelles sont les nouvelles mesures prises pour y faire face ?

Le taux d’occupation des logements pour personnes âgées a baissé de 2,6 points pour atteindre 82,1 % au troisième trimestre 2021, contre 84,7 % le trimestre précédent. Il s’agit du deuxième trimestre consécutif de baisse, une baisse constante depuis le début de la pandémie, selon le NIC.

Le portail financier Moneycontrol  confirme que 20 millions de seniors restent seuls,  un chiffre en croissance pour les dix prochaines années.

La plupart sont indépendants avec une vie sociale active mais l’isolement dû à l’épidémie de COVID-19 les incite à déménager dans des établissements pour personnes âgées.

Étant plus vulnérables face au virus, les structures d’accueil sont particulièrement sollicitées pour proposer des logements senior organisés autour de dispositions sanitaires renforcées.

Relever les défis :

Le risque de contracter une maladie grave due au COVID-19 augmente avec l’âge.

La meilleure façon de les protéger et de contribuer à réduire la propagation du virus en assurant une vie sociale protégée  et de veiller à ce qu’elles ne s’aventurent pas à l’extérieur, même pour l’essentiel.

Les logements pour personnes âgées doivent s’organiser autour de précautions sanitaires éprouvées, pendant et hors pandémie.

Selon Patricia Will, fondatrice et directrice générale de Belmont Village Senior Living, ce n’est pas la demande de logements et de soins pour personnes âgées qui a changé, mais la capacité à répondre à cette demande.

Elle ajoute :   « Avant d’emménager, un résident doit subir un test de dépistage du COVID-19. Ensuite, il passe la première semaine de son séjour en quarantaine dans l’appartement, en attendant les résultats négatifs d’un second test. Cela modifie la cadence du processus d’emménagement, mais nous essayons néanmoins de le rendre joyeux »

Toute l’attention se porte désormais sur la protection sanitaire des résidents en place plutôt que sur l’accueil de nouveaux arrivants.

Les efforts se concentrent sur les équipements de protection et de détection pour identifier les cas et lancer les dispositifs de gestion de crise pour éviter la contagion.

 

Prendre de nouvelles mesures :

POURSUIVRE L’HÉRITAGE DES MESURES DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ :

Les exploitants d’établissements mettent à jour les processus d’admission en renforçant les examens de santé des nouveaux résidents, qui peuvent être effectués dans un autre lieu.

Il est devenu primordial de mettre en avant la stratégie sanitaire pour maintenir la confiance de la clientèle.

Judson, premier établissement de vie pour personnes âgées du nord-est de l’Ohio depuis 1906, a pris des mesures de prévention : dépistage, utilisation intensive de masques, hygiène, directives de visite …  relayées par une communication portant sur la sécurité et le bien-être des résidents et des associés.

Par ailleurs, les opérateurs renforcent la protection du personnel en assurant les EPI et les tests de dépistage.

Dans certains établissements, les membres du personnel ont créé des mini-épiceries pour assurer leurs achats quotidiens sans s’exposer dans les magasins alimentaires ou marchés traditionnels.

 

Modifications structurelles et de conception :

En travaillant ensemble, les prestataires, les architectes, les ingénieurs, les fournisseurs de technologie et autres acteurs ont identifié des moyens de garantir la sécurité, le confort et l’engagement des résidents, à court et long terme.

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées envisagent d’apporter des changements structurels profonds à leurs installations actuelles pour lutter contre la crise du COVID-19.

Beth Burnham Mace, économiste en chef et directrice de la sensibilisation au National Investment Center for Seniors Housing & Care (NIC), confirme la stratégie : « La conception des bâtiments pour tous les segments va changer en raison de la crise du COVID.

La possibilité de séparer une partie d’une propriété pour empêcher la propagation de la maladie va apparaître. Cela pourrait évoluer vers des “quartiers” au sein des propriétés.

La technologie sans contact deviendra plus courante, pour les ascenseurs, les portes, les lumières, etc. Les systèmes CVC évolueront également pour assurer une circulation fréquente de l’air frais, et des systèmes seront mis en place pour maintenir un air sain. »

Willow Valley Communities, à Lancaster en Californie, a trouvé des moyens de minimiser l’exposition au COVID-19, d’améliorer la sécurité et de fournir un espace extérieur pour maintenir les programmes, les relations sociales et les activités individuelles.

Ils ont construit des Connections Cottages climatisés pour permettre aux visiteurs d’échanger avec les résidents, protégés par une vitre. En matière de conception innovante, propriétaires, exploitants et constructeurs donnent également la priorité à la filtration de l’air.

 

Solutions numériques :

Les communautés de logement pour personnes âgées trouvent des solutions numériques pour neutraliser l’isolement social dû à la pandémie.

Une communauté de logements pour personnes âgées a lancé une nouvelle chaîne pilote sur YouTube afin de maintenir un sentiment de normalité dans les activités quotidiennes.

S’inspirant du secteur des croisières, une équipe de production interne diffuse des programmes directement sur les ordinateurs ou les appareils mobiles des résidents trois fois par semaine.

Le contenu développé est un complément au programme d’activités COVID-19 du prestataire.

Le Japon expérimente des robots pour fournir divers services aux personnes âgées. La maison de retraite Shintomi, située au cœur de Tokyo, fait la une de la presse parce qu’elle abrite 20 modèles de robots de soins, imitant les animaux, les enfants et des humanoïdes ou des robots de levage et de marche grandeur nature.

Dans beaucoup de centres pour personnes âgées, les lieux de culte et autres activités n’ont pas encore repris, les gestionnaires font preuve de créativité pour stimuler les personnes âgées.

Par exemple, ils achètent du café pour les aînés lors de leurs courses matinales préférées ou offrent un petit déjeuner en voiture aux prospects et aux sources d’information.

L’optimisme à l’égard des communautés de logement pour personnes âgées reflète l’attrait du secteur qui a bénéficié d’un afflux croissant de capitaux ces dernières années, en capitaux propres.

Les investisseurs considèrent les logements pour personnes âgées comme un investissement profitable.

Toutes ces nouvelles stratégies liées à l’hébergement sénior nécessitent de nouveaux investissements conséquents, principalement pour les tests et les EPI.

 

L’avenir du logement des personnes âgées :

“La COVID-19 a accéléré ce secteur d’activité “, déclare Rajit Mehta, PDG d’Antara Senior Living et membre du conseil d’administration de l’Association of Senior living India (ASLI).

En raison de la demande croissante de la part des personnes âgées de plus de 60 ans pendant la pandémie, Antara Senior Living, filiale de Max India Ltd, prévoit d’investir plus de 300 millions de roupies au cours des quatre prochaines années dans ses activités existantes ou nouvelles, notamment dans des résidences pour personnes âgées, une chaîne de maisons de soins et des services d’aide à la vie quotidienne.

Les perspectives à long terme restent saines compte tenu des tendances démographiques. Les résultats de la sixième enquête annuelle NREI/NIC sur le logement des personnes âgées offrent de belles perspectives pour l’année à venir en ce qui concerne les performances du secteur et l’accès au capital, ainsi que des prévisions transactionnelles.

La plupart des professionnels interrogés pensent que le secteur continuera d’afficher de bons résultats, tant en termes d’occupation que de croissance des loyers, au cours de l’année à venir.

Les équipes et les services de LCS Development, fournisseur de services aux États-Unis, fonctionnent à environ 80 % de leur capacité.

En outre, le secteur a donné des signes encourageants – il n’a pas connu de baisse des loyers. Les logements pour personnes âgées sont considérés comme une option viable en raison du haut niveau de services et d’engagement qu’offrent ces établissements.

Le rendement annualisé sur cinq ans des logements pour personnes âgées est élevé et les investisseurs considèrent que le secteur est en quelque sorte à l’abri de la récession.

 

Albert Finch

Chef de la recherche
Centre de recherche stratégique sur les investissements Rodschinson

This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.